Liens de sang : Aux origines biologiques de la société humaine

La structure de la société humaine est unique sous de nombreux aspects. On n’a qu’à penser à la complexité des structures de pouvoir ou même, plus simplement, à celle de nos liens de sang. Se pose alors la question de l’origine de cette complexité et des choix qui ont été faits par nos ancêtres pour mener aux modèles actuels.

Pendant longtemps, les sociologues et anthropologues ont tenté de répondre à cette question fondamentale en analysant les sociétés primitives, isolées, où les structures sociales sont plus faciles à comprendre et où l’isolement relatif permet autant d’expériences indépendantes. Ces comparaisons ont permis d’identifier la richesse des sociétés humaines, mais aussi d’en extraire un certain nombre de constantes, dont notre relation à l’inceste et l’entraide naturelle entre les membres de notre famille proche.

Pour notre invité, ces études sont toutefois incomplètes car elles se contentent d’expliquer ces comportements par des avantages darwiniens largement appris. Or, pour percer l’origine de la structure de la société humaine, il faut aussi accepter le bagage génétique qui nous vient de nos ancêtres, les primates. Cette proposition, comme nous le verrons, est une certaine révolution qui nous force à repenser les forces qui orientent notre vie en société.

Bernard Chapais est professeur au Département d’anthropologie de l’Université de Montréal. Il a reçu le prix William. W. Howells de l’American Anthropological Association pour son livre Primeval kinship : How pair-Bonding gave birth to ​human society, paru en 2008, et qui vient de sortir en français chez Boréal dans une édition revue en profondeur, dont le titre est Liens de sang.

Écoutez l’émission ici :

MP3 - 26 Mo

Diffusion

Cette émission sera diffusée à Radio VM le jeudi 31 mars à 13 h 30 et en rediffusion le samedi 2 avril à 16 h.

L’émission sera également disponible en téléversement sur cette page et en baladodiffusion sur la page Université de Montréal de iTunes U à partir du dimanche 3 avril.

Merci à la Fondation familiale Trottier et au Fonds de recherche du Québec pour leur contribution à la production de cette émission.